Irenees
un site de ressources pour la paix

Irénées.net est un site de ressources documentaires destiné à favoriser l’échange de connaissances et de savoir faire au service de la construction d’un art de la paix.
Ce site est porté par l’association
Modus Operandi


En librairie

Transformation de conflit, de Karine Gatelier, Claske Dijkema et Herrick Mouafo

Aux Éditions Charles Léopold Mayer (ECLM)

Print

Echanges culturels pour la paix

  • Erenlai

    Une revue dédiée aux préoccupations culturelles, sociales et spirituelles

    François Mabille, Paris, mai 2011

  • La paix par la culture : du savoir sur le conflit à la Culture de paix

    Nous abordons ici différents aspects culturels de l’action de paix, qui vont de l’élaboration de savoirs à l’expression de spiritualité. Plusieurs dimensions sont contenues dans les thèmes des savoirs et de la spiritualité : l’aspect culturel peut se décliner de la connaissance et du savoir-faire à une Culture humaine de paix, impliquant des valeurs éthiques et morales.

    Sophie Arie, Paris, juillet 2008

  • Fondation Russe pour la Paix - RPF

    La Fondation Russe pour la Paix participe à l’enjeu européen de paix. Son appréhension de la Paix est globale, et s’étend de la protection des enfants à la défense du droit des victimes.

    Sophie Arie, Paris, juin 2008

  • Fondation Artemisszió (*)

    La Fondation Artemisszió est une ONG hongroise d’intérêt public. Son engagement pour la paix n’est pas déclaré comme tel, mais se lit clairement dans son travail pour l’interculturalité, entendue comme valeur.

    Sophie Arie, Paris, avril 2008

  • Centre de Resources pour la Diversité Ethnoculturelle - EDRC

    Le Centre de Ressources pour la Diversité Ethnoculturelle (1) s’engage pour une paix et une justice ethnoculturelle en Roumanie.

    Sophie Arie, Paris, avril 2008

  • Le Conseil des Femmes constructrices de Paix

    Le Conseil des Femmes constructrices de Paix est un groupe de travail crée par la Coalition Georgienne des ONGs de Femmes, pour impliquer davantage les femmes géorgiennes dans de nombreux domaines, dont celui de la construction de la paix.

    Sophie Arie, Paris, avril 2008

  • La médiation interculturelle au service de la réconciliation

    Réflexion sur la médiation interculturelle et les similitudes entre la médiation et l’action non-violente. Et application de ces deux concepts dans l’étude de l’exemple d’Equipes de paix dans les Balkans (EpB) : un acteur non-violent mettant en œuvre les principes de la médiation interculturelle.

    Paris, février 2008

  • L’Institut de Recherche et de Dialogue pour la Paix de Kigali ou la recherche-action au service de la construction d’une paix durable

    Désireux de participer à la reconstruction d’une paix durable au sein de la société rwandaise, l’Institut de Recherche et de Dialogue pour la Paix de Kigali a mis au point, avec l’aide de ses partenaires internationaux, une stratégie fondée sur l’implication de toutes les couches de la population dans un débat mené au niveau national.

    Paris, avril 2007

  • Al Rowwad Theatre Center

    Le centre, situé dans le camp de Aïda, est une institution indépendante, non gouvernementale, fondée en 1988, qui n’est affilié à aucun parti politique ni à aucune organisation confessionnelle. Cette organisation travaille principalement avec des enfants, ainsi qu’avec la communauté, les écoles locales et les parents des enfants impliqués.

    Lyon, 2007

  • Moyen Orient: des héros de Bandes Dessinées se battent pour la paix et la justice

    La BD pour sensibiliser les jeunes et créer des ponts entre l’Egypte et Israël.

    Xavier Guigue, Bruxelles, mai 2005

  • Cultures entre elles : dynamique ou dynamite ? Vivre en paix dans un monde de diversité, sous la direction d’Édith Sizoo et de Thierry Verhelst.

    La diversité culturelle est un but en soi, mais également un facteur de conflit important : c’est pourquoi il faut replacer le dialogue au service de la paix. La culture est un pouvoir et une puissance à double tranchant.

    Stéphane Gainot, Paris, avril 2005

  • Chine et Occident : une relation à réinventer. Ouvrage collectif : Yu Shuo, S. Jourdain, C. Eberhard, A. Kernévez, Gracia.

    Le récit d’un projet organisé dans le cadre de "l’Alliance pour un monde responsable et solidaire" qui a organisé des rencontres entre Chinois et Européens dans une approche interculturelle, pour repenser les rapports entre les deux mondes.

    Joseph Le Marchand, Paris, mars 2005

  • Quelle paix pour le nouveau siècle ? Publication issue d’un colloque réalisé en décembre 2000 par l’association française La Maison des citoyens du monde.

    Cet ouvrage est enrichissant de par la diversité de ses auteurs et ainsi de ses approches. Notamment celles concernant les conflictualités liées à l’écart important entre la richesse des ressources naturelles et la pauvreté de millions de personnes dans le monde, sont présentées comme des éléments centraux pour la paix.

    Paris, janvier 2005

  • La paix face au défi de la diversité des cultures : de l’ethnocentrisme à l’approche interculturelle

    Joseph Le Marchand, Paris, 2005

  • Paix des âmes, paix des cœurs : une conférence de neuf prix Nobel de la paix

    Compte-rendu d’une conférence organisée en novembre 1998 sur le thème des droits de l’homme, des conflits et de la réconciliation, cet ouvrage reprend les interventions de neuf prix Nobel de la paix, dont Oscar Arias Sanchez, Rigoberta Menchu et Sa Sainteté le Dalaï Lama.

    Astrid Fossier, Paris, janvier 2004

  • Le dialogue inter-religieux en Chine

    Bien que la Constitution chinoise garantisse la liberté de croyance religieuse, le peuple tibétain pratique aujourd’hui sa foi dans la crainte. Un dialogue ouvert sur les croyances de chacun et le respect des cultes de l’autre permettrait pourtant aux Chinois et aux Tibétains d’avancer ensemble sur le chemin de la paix.

    Astrid Fossier, Paris, janvier 2004

  • Necesidad y limites del trabajo en redes : hay que pensar en otras formas nuevas ? El ejemplo y las preguntas del Centro Bartolome de las Casas

    Xavier Ricard Lanata, Cusco, Peru, juillet 2003

  • La reforma del Estado desde una perspectiva de democracia social e intercultural, un desafio para el Peru

    Xavier Ricard Lanata, Cusco, Peru, juillet 2003

  • Association Tibet House Trust

    L’association de soutien au peuple tibétain et à l’identité tibétaine officielle.

    Astrid Fossier, Paris, juillet 2003

  • Unesco : Organisation des Nations Unies pour la science, l’éducation et la culture

    L’Unesco est une grande organisation internationale qui contribue au maintien de la paix et de la sécurité en resserrant la collaboration entre les nations, à travers notamment une large palette d’actions dans les domaines de l’éducation et de la culture.

    Christophe Garda, Paris, 2002

  • Promesse : documentaire sur la vision d’enfants du conflit israëlo-palestinien

    Documentaire didactique américano-israélo-palestinien pour la paix.

  • DOSSIER : PROPOSITIONS DE GLISSANT POUR [RE-] PENSER LE MONDE, Partie 2

    Kenjah s’inscrit dans la lignée de Aimé Césaire, de Frantz Fanon et d’Edouard Glissant, qu’il appelle par ailleurs ses maitres penseurs. Lui-même est né à Paris, de parents Martiniquais, et a grandi dans cette société insulaire si particulière au sein des Caraïbes, qui nous invite à repenser l’unité et la centralité à partir de la diversité de l’archipel. La géopolitique particulière des îles, éclatées dans l’océan, est un bon antidote contre la «pensée unique» de l’Etat-nation. Par ailleurs, Kenjah est motivé par l’enjeu d’inventer, de faire émerger (dans le sens où il existe déjà mais qu’il est couvert, peu connu et peu utilisé) le langage nouveau d’une réalité décoloniale qui s’impose sous nos yeux, convergence critique et radicale des «damnés de la terre»… Par ailleurs, il a été un des animateurs de l’Université populaire de la Villeneuve sur la question « Que reste-t-il du passé colonial ? Kenjah : Merci à vous de vous être déplacés. Merci déjà parce que c’est un moment auquel je me suis dédié. C’est un de ces moments où je vais parler d’une personne qui m’est très chère, qui m’est très proche. Et donc je ne le conçois pas du tout ni comme une épreuve, ni comme une conférence, c’est vraiment un moment d’intimité. Je vais vous parler de quelqu’un que j’aime beaucoup personnellement. Et qui a beaucoup compté pour nos pays, nos petits pays, les îles, les archipels. Et aussi pour ceux qui vivent des conditions d’exclusion, de migration, d’exil, d’errance, etc. Ce sont des conditions qu’Edouard Glissant a exploré. Je propose de l’explorer, lui, Edouard Glissant, avec moi ce soir. Je vais vous parler de Glissant à la manière dont je pense qu’il aimerait qu’on parle de lui. C’est-à-dire en tremblant. C’est quelqu’un qui aborde la question du savoir avec ce concept du tremblement, que je vais expliciter un peu plus. Je vais essayer une poétique, c’est-à-dire non pas une technique de discours, ni une expertise, ni quoi que se soit de cet ordre. Je vais essayer d’être vivant, d’être vrai… Et d’aborder des choses par des intuitions et des remontées de souvenir, de mots clefs, de situations clefs.

  • DOSSIER : EXPÉRIMENTER LE TRAVAIL EN ATELIER POUR QUESTIONNER LES USAGES VIOLENTS DES MOTS

    Une écoute dans le noir du documentaire sonore « LES MOTS DES AUTRES »

    Séréna NAUDIN, Karine Gatelier

  • DOSSIER : EXPÉRIMENTER LE TRAVAIL EN ATELIER POUR QUESTIONNER LES USAGES VIOLENTS DES MOTS

    Coline Cellier, Séréna Naudin, Karine Gatelier

  • DRAWING ON THE MOVE: ATELIER PARTICIPATIF

    Animé par Morgane Dujmovic et Mathilde Schimke Jeudi 8 février : 12-14h et Vendredi 10-12h Les 3 halls de l’Institut d’Urbanisme et de Géographie Alpine ont présenté l’exposition de 25 planches A3 issues des ateliers créatifs conduits au cours de l’été 2017 dans la vallée de la Roya, à la frontière franco-italienne, sur la propriété de Cédric Hérou qui a l’époque accueillait une soixantaine de personnes.

    Grenoble

  • DOSSIER : PROPOSITIONS DE GLISSANT POUR [RE-] PENSER LE MONDE, Partie 1

    Kenjah s’inscrit dans la lignée de Aimé Césaire, de Frantz Fanon et d’Edouard Glissant, qu’il appelle par ailleurs ses maitres penseurs. Lui-même est né à Paris, de parents Martiniquais, et a grandi dans cette société insulaire si particulière au sein des Caraïbes, qui nous invite à repenser l’unité et la centralité à partir de la diversité de l’archipel. La géopolitique particulière des îles, éclatées dans l’océan, est un bon antidote contre la «pensée unique» de l’Etat-nation. Par ailleurs, Kenjah est motivé par l’enjeu d’inventer, de faire émerger (dans le sens où il existe déjà mais qu’il est couvert, peu connu et peu utilisé) le langage nouveau d’une réalité décoloniale qui s’impose sous nos yeux, convergence critique et radicale des «damnés de la terre»… Par ailleurs, il a été un des animateurs de l’Université populaire de la Villeneuve sur la question « Que reste-t-il du passé colonial ? Kenjah : Merci à vous de vous être déplacés. Merci déjà parce que c’est un moment auquel je me suis dédié. C’est un de ces moments où je vais parler d’une personne qui m’est très chère, qui m’est très proche. Et donc je ne le conçois pas du tout ni comme une épreuve, ni comme une conférence, c’est vraiment un moment d’intimité. Je vais vous parler de quelqu’un que j’aime beaucoup personnellement. Et qui a beaucoup compté pour nos pays, nos petits pays, les îles, les archipels. Et aussi pour ceux qui vivent des conditions d’exclusion, de migration, d’exil, d’errance, etc. Ce sont des conditions qu’Edouard Glissant a exploré. Je propose de l’explorer, lui, Edouard Glissant, avec moi ce soir. Je vais vous parler de Glissant à la manière dont je pense qu’il aimerait qu’on parle de lui. C’est-à-dire en tremblant. C’est quelqu’un qui aborde la question du savoir avec ce concept du tremblement, que je vais expliciter un peu plus. Je vais essayer une poétique, c’est-à-dire non pas une technique de discours, ni une expertise, ni quoi que se soit de cet ordre. Je vais essayer d’être vivant, d’être vrai… Et d’aborder des choses par des intuitions et des remontées de souvenir, de mots clefs, de situations clefs. Echange avec Kenjah Ali Babar Réalisé par Claske Dijkema et Morgane Cohen

    Ali Babar Kenjah, Claske DIJKEMA, Morgane COHEN, Grenoble